Fabien Boinet

Foi, Pastorat, Etcætera…

Séparés de corps mais unis dans l’Esprit – Colossiens 2.5-7

Séparés de corps mais unis dans l’Esprit – Colossiens 2.5-7

Temps de lecture : 2 minutes

Texte de référence: Colossiens 2.5-7

« Car, si je suis absent de corps, je suis avec vous en esprit, voyant avec joie le bon ordre qui règne parmi vous, et la fermeté de votre foi en Christ. 6 Ainsi donc, comme vous avez reçu le Seigneur Jésus-Christ, marchez en lui, 7étant enracinés et fondés en lui, et affermis par la foi, d’après les instructions qui vous ont été données, et abondez en actions de grâces. »

Points Importants:

  • Nous pouvons être l’Eglise et vivre l’Eglise peut importe les circonstances
  • Nous sommes appelés à aller de l’avant, à progresser quoi qu’il arrive car nous sommes dans un combat spirituel –> Besoin de discerner cela pour bien conduire notre vie
  • En toutes circonstances favorables ou non, nous sommes appelés à demeurer unis et fermes dans notre foi. C’est de cette manière que nous pouvons terrasser l’Ennemi qui veut nous détruire.
  • Nous avons notre place à prendre et notre rôle à jouer au sein de l’Eglise: se soutenir, s’encourager, et suivre Christ.

Comment faire alors pour tenir ferme dans les moments difficiles?

  • Le seul moyen de vaincre l’Ennemi c’est de faire de Christ notre Seigneur car il nous mène à la victoire et nous rend solide et ferme en Lui.

Sur quoi repose réellement notre foi? 

  • Notre foi doit reposer sur Christ uniquement car nous avons tout en Lui et lui nous donne la victoire sur nos luttes nos combats et nos circonstances.

Défi à relever: vivre l’Eglise au quotidien, prendre soin les uns des autres en appelant durant les semaines à venir chaque semaine une personne de l’eglise dont tu est proche et une personne de l’église dont tu es moins proche, ou que tu ne connais pas encore afin de vous encourager mutuellement, prier et partager ce que Jésus fait dans votre quotidien. Prendre sa place dans l’Eglise: N’attend pas, mais demande au Seigneur de te montrer comment t’investir pour l’Eglise et prendre ta place. Cela fait partie de la croissance et la maturité.

Persévère – Hébreux 12.1-4

Persévère – Hébreux 12.1-4

Temps de lecture : 2 minutes

C’est par la foi que nous pouvons expérimenter au quotidien la vie avec Christ et voir les fruits de son œuvre en nous prendre place et produire dans notre cœur une assurance pour l’éternité.Notre vie en christ n’est pas une course mais un marathon. Elle requiert de l’endurance et de la persévérance dans l’exercice de notre foi. C’est aussi un combat qui demande de la discipline et de la patience. Paul dira à la fin de sa vie: « J’ai combattu le bon combat, j’ai achevé la course, j’ai gardé la foi. » (2Tm 4.7)

Dans ce combat, il y a des luttes, des épreuves, et des moments de découragement. L’ennemi cherche constamment à nous décourager, à nous arrêter, à nous faire abandonner la foi. Et parfois, il peut arriver que nous ayons envie de laisser tomber, de tout arrêter car il semble que la foi nous attire plus de problème qu’il n’en résout.Mais le message pour nous ce matin c’est ne t’arrêtes pas, ne te décourages pas, n’abandonne pas! Continue la course, le bon combat de la foi!  IL n’y a rien de pire que d’abandonner alors qu’on approche du but!

Lisons ensemble Hébreux 12.1-4 « Nous donc aussi, puisque nous sommes environnés d’une si grande nuée de témoins, rejetons tout fardeau, et le péché qui nous enveloppe si facilement, et courons avec persévérance dans la carrière qui nous est ouverte, 2ayant les regards sur Jésus, qui suscite la foi et la mène à la perfection; en échange de la joie qui lui était réservée, il a souffert la croix, méprisé l’ignominie, et s’est assis à la droite du trône de Dieu. 3Considérez, en effet, celui qui a supporté contre sa personne une telle opposition de la part des pécheurs, afin que vous ne vous lassiez point, l’âme découragée. 4 Vous n’avez pas encore résisté jusqu’au sang, en luttant contre le péché. »

L’assurance du Salut

L’assurance du Salut

Temps de lecture : 3 minutes

Avez-vous l’assurance de votre salut? Êtes vous certains d’être sauvés et d’avoir fait la paix avec Dieu? C’est une question vitale! La Bible est pleines de promesses à ce sujet: Le texte de Romains 8 en est le fer de lance:

  » 28 Nous savons, du reste, que toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu, de ceux qui sont appelés selon son dessein. 29Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils soit le premier-né de beaucoup de frères. 30Et ceux qu’il a prédestinés, il les a aussi appelés; et ceux qu’il a appelés, il les a aussi justifiés; et ceux qu’il a justifiés, il les a aussi glorifiés. 31 Que dirons-nous donc à l’égard de ces choses? Si Dieu est pour nous, qui sera contre nous? 32Lui qui n’a point épargné son propre Fils, mais qui l’a livré pour nous tous, comment ne nous donnera-t-il pas aussi toutes choses avec lui? 33Qui accusera les élus de Dieu? C’est Dieu qui justifie! 34Qui les condamnera? Christ est mort; bien plus, il est ressuscité, il est à la droite de Dieu, et il intercède pour nous! 35Qui nous séparera de l’amour de Christ? Sera-ce la tribulation, ou l’angoisse, ou la persécution, ou la faim, ou la nudité, ou le péril, ou l’épée? 36selon qu’il est écrit: C’est à cause de toi qu’on nous met à mort tout le jour, Qu’on nous regarde comme des brebis destinées à la boucherie. 37 Mais dans toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés. 38Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, 39ni les puissances, ni la hauteur ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur.

Romains 8.28-39

Rien ne peux nous séparer de son amour, et empêcher l’accomplissement de ce qu’il a commencé en nous. Pourtant souvent devant notre faiblesse nous doutons, comme si le Salut dépendait de nous. Pourtant cela ne dépend pas de nous mais de ce que Christ a accompli:

« Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. 9Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie. »

(Ephésiens 2.8–9).

Nous avons du mal à saisir les promesses et la richesse de l’héritage que nous avons reçu en Christ. Et il arrive que nous doutions de notre salut. Même que nous pensions pouvoir le perdre, comme si c’était quelque chose qui dépendait exclusivement de nous.Bien qu’il y ait les promesses à propos du Salut, il y a aussi d’autres textes qui parfois nous terrorisent car ils semblent incriminer notre responsabilité vis-à-vis de ce que Dieu fait. Des textes qui nous demande de faire tous nos efforts, de manifester une foi vivante par les œuvres que nous produisons.

La question est lancée ce matin: peut on perdre notre salut ou doit on avoir l’assurance de notre salut?Je crois qu’il est nécessaire de comprendre le Salut en Jésus Christ à la lumière de toutes les écritures. Comme nous n’aurons pas le temps de tout lire et tout dire. J’ai choisi de méditer avec vous un texte de l’épître au Hébreux qui a dans sa composition cette tension dont je viens de vous parler. Commençons notre lecture d’ Hébreux 6

Réussir dans la vie ou réussir sa vie?

Réussir dans la vie ou réussir sa vie?

Temps de lecture : 2 minutes

Etes vous d’accord avec cette affirmation ?: « Nous voulons tous réussir et  nous n’aimons pas l’échec »C’est vrai qui ne veut pas réussir ce qu’il entreprend, et remporter la victoire après avoir lutté?Nous avons tous ce profond désir de réussir dans la vie. Mais sur quel critère se base t on pour savoir qui réussit et qui ne réussit pas? D’une personne à l’autre, nos critères sont différents, Pour certain la réussite c’est avoir beaucoup d’argent, pour d’autre c’est avoir une famille et des amis, pour d’autre c’est pouvoir faire ce que l’on aime, etc. D’une personne à une autre les critères de réussites peuvent être très variable.À quel moment peut on parler de réussite? Faut il que cette réussite soit immédiate pour compter vraiment, ou accepte t on qu’il y a plusieurs échecs, de la persévérance avant d’enfin percer et connaitre le succès? Encore une fois, certains abandonneront après un échec et chercherons la réussite ailleurs et d’autres poursuivront et recommenceront jusqu’à la réussite.

A mon avis, la vraie question a se poser à ce sujet est: « Faut il mieux réussir dans la vie ou réussir sa vie. La nuance semble ténue mais pourtant elle est  capitale. Nous connaissons tous des personnes qui ont tout eu dans la vie. Elles ont coché toutes les cades et tous les critères de réussites de notre monde: argent, pouvoir, plaisirs, amour etc. , et pourtant ont mis fin à leurs jours. Les réussites dans la vie vont et viennent cela reste temporaire. Tandis que réussir sa vie sous entend une réussite dans la durée qu’on pourra évaluer à la fin et que celui qui aura réussi sa vie n’auras alors pas de regret.Mais comment savoir si nous sommes sur le bon chemin pour réussir notre vie? Jésus nous donne une illustration pour se poser les bonnes question à propos de ce sujet capital. Lisons ensemble dans l’Evangile de Matthieu au Chap 7 à partir du v 24.

 » C’est pourquoi, quiconque entend ces paroles que je dis et les met en pratique, sera semblable à un homme prudent qui a bâti sa maison sur le roc. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et se sont jetés contre cette maison: elle n’est point tombée, parce qu’elle était fondée sur le roc. Mais quiconque entend ces paroles que je dis, et ne les met pas en pratique, sera semblable à un homme insensé qui a bâti sa maison sur le sable. La pluie est tombée, les torrents sont venus, les vents ont soufflé et ont battu cette maison: elle est tombée, et sa ruine a été grande. Après que Jésus eut achevé ces discours, la foule fut frappée de sa doctrine; car il enseignait comme ayant autorité, et non pas comme leurs scribes. »

Matthieu 7.24-29
A l’école de la Foi – Luc 8&9

A l’école de la Foi – Luc 8&9

Temps de lecture : 2 minutes

J’ai à cœur  aujourd’hui que nous allions plus loin dans notre réflexion sur la place de la Parole de Dieu dans notre vie et j’aimerai méditer avec vous sur le Chapitre 8 et le début du chapitre 9 de l’Evangile de Luc. Lorsqu’on fait une première lecture de ce chapitre on a le sentiment que Luc a mis bout à bout différents récits mais qu’il n’y a pas forcément de lien entre eux. Listons les:

  • Nous avons une courte introduction pour nous donner quelques détails à propos de ceux qui suivaient Jésus de prés. (Ceux qui étaient ses intimes).
  • Puis Jésus enseigne différentes paraboles: La parabole du Semeur, la parabole de la Lampe.
  • Apres quoi nous avons différents événements qui se produisent: la mère et les frères de Jésus se présentent et réclament de le voir, Puis plus tard jésus va apaiser la tempête, traverser le lac pour délivrer un démoniaque à Guédara, puis à son retour il guérie la femme malade depuis 12 ans et il ressuscite la fille de Jaïrus
  • Puis après tout cela Jésus appelle les 12 et les envoies en mission ( 9.1-6) et à leur retour il y a la multiplication des pains à Bethsaïda ( 9.10-17)

Cela fait beaucoup de choses différentes! Chacun de ses éléments en eux-mêmes sont riches et peuvent nous enseigner quelque chose. Mais le Seigneur a attiré mon attention sur l’ensemble. Tous ensemble ils ont aussi quelques chose à nous dire. Le verset clé par lequel le Seigneur m’a montré qu’il y avait un vrai lien entre toutes ces choses c’est le V 18 du chapitre 8. Mais pour bien le comprendre lisons à partir du v 16: 

« Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase, ou ne la met sous un lit; mais il la met sur un chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière. Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être connu et mis au jour. Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez; car on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il croit avoir. »

Luc 8.18