Fabien Boinet

Foi, Pastorat, Etcætera…

A l’école de la Foi – Luc 8&9

A l’école de la Foi – Luc 8&9

Temps de lecture : 2 minutes

J’ai à cœur  aujourd’hui que nous allions plus loin dans notre réflexion sur la place de la Parole de Dieu dans notre vie et j’aimerai méditer avec vous sur le Chapitre 8 et le début du chapitre 9 de l’Evangile de Luc. Lorsqu’on fait une première lecture de ce chapitre on a le sentiment que Luc a mis bout à bout différents récits mais qu’il n’y a pas forcément de lien entre eux. Listons les:

  • Nous avons une courte introduction pour nous donner quelques détails à propos de ceux qui suivaient Jésus de prés. (Ceux qui étaient ses intimes).
  • Puis Jésus enseigne différentes paraboles: La parabole du Semeur, la parabole de la Lampe.
  • Apres quoi nous avons différents événements qui se produisent: la mère et les frères de Jésus se présentent et réclament de le voir, Puis plus tard jésus va apaiser la tempête, traverser le lac pour délivrer un démoniaque à Guédara, puis à son retour il guérie la femme malade depuis 12 ans et il ressuscite la fille de Jaïrus
  • Puis après tout cela Jésus appelle les 12 et les envoies en mission ( 9.1-6) et à leur retour il y a la multiplication des pains à Bethsaïda ( 9.10-17)

Cela fait beaucoup de choses différentes! Chacun de ses éléments en eux-mêmes sont riches et peuvent nous enseigner quelque chose. Mais le Seigneur a attiré mon attention sur l’ensemble. Tous ensemble ils ont aussi quelques chose à nous dire. Le verset clé par lequel le Seigneur m’a montré qu’il y avait un vrai lien entre toutes ces choses c’est le V 18 du chapitre 8. Mais pour bien le comprendre lisons à partir du v 16: 

« Personne, après avoir allumé une lampe, ne la couvre d’un vase, ou ne la met sous un lit; mais il la met sur un chandelier, afin que ceux qui entrent voient la lumière. Car il n’est rien de caché qui ne doive être découvert, rien de secret qui ne doive être connu et mis au jour. Prenez donc garde à la manière dont vous écoutez; car on donnera à celui qui a, mais à celui qui n’a pas on ôtera même ce qu’il croit avoir. »

Luc 8.18